• Lorem ipsum

Cartolina | "Conegliano" | Entre Histoire & Prosecco

10 Aug 2020
par Dante PIN

Cette Carte Postale vous emmène à la découverte de la ville d’origine de la "mia mamma": “Conegliano“.

Conegliano est une ville de la province de Trévise dans la région de la Vénétie. Elle dispose d’une position privilégiée à proximité des Préalpes de Trévise.

| TERRITOIRE |

Conegliano dispose d’une position privilégiée au nord-est de l’Italie dans une zone de collines, à 50 kilomètres de Venise et environ 100 kilomètres des Dolomites.
La ville compte actuellement environ 36.000 habitants (la deuxième ville de la province, après la capitale Trévise).

Favorisée par sa position stratégique entre Venise, Udine et Cortina, la ville a développé au fil du temps le secteur industriel (Zanussi, Electrolux, etc.), le domaine commercial et des affaires, ainsi que le secteur agricole (devenant ainsi la référence en matière de Prosecco).


Durant la dernière décennie, la ville a d’ailleurs connu une grande expansion, particulièrement dans le domaine vinicole grâce au Prosecco, célèbre dans le monde.

| UN PEU D’HISTOIRE |

On trouve la première trace écrite relative à la ville de Conegliano dans un document de 1016 attestant de sa possession par le puissant évêque de Belluno Jean II.

Dès le 12e siècle, avec le déclin du pouvoir des évêques, elle est gérée par des seigneurs féodaux locaux.
Elle sera le théâtre de nombreux conflits pour sa domination durant le moyen-âge.

Dès 1337 et jusqu’en 1797, soit pendant quatre siècles, elle dépendra directement de la République de Venise, ce qui contribuera à son essor en raison de sa situation stratégique. Son développement se marquera dans les domaines du commerce, des arts, de l’agriculture avec le blé et le vin.
Les histoires de Conegliano et de Venise sont intimement liées et sa prospérité est conditionnée au développement de Venise.

A la fin du 18e siècle, lors de la domination napoléonienne, son destin suivra encore celui de Venise.
En 1813, les troupes autrichiennes entrent dans Conegliano et trouvent un territoire vidé et appauvri.
L’influence des Habsbourg favorisera la reprise économique et culturelle de la ville.

En effet, les années qui suivent voient l’éclosion du chemin de fer (1858), la création d’une école agricole (1864), ainsi que d’une école de viticulture et d’oenologie (1877).
En 1866, tout comme Venise, Conegliano sera annexée au Royaume d’Italie.

Durant la grande guerre de 1915-1918, la ville subira de nombreux dommages, notamment à cause d’importants bombardements en 1917.
Durant l’entre-deux guerres, elle reprendra ses activités prospères dans ses domaines de prédilection : commerce, agriculture, viniculture, industrie.

Elle poursuivra sa croissance économique dans les années 1950 - 1960.

| CULTURE |

La vitalité de Conegliano se marque également dans la vie culturelle et sociale de sa communauté : nombreuses associations, réjouissances (environ 950 réparties sur l’année).
Parmi les plus représentatives : la "Castellana Dama" : reconstitution historique importante et incontournable durant laquelle on revit avec plaisir les duels anciens des chevaliers prêts à se battre pour l’honneur des demoiselles; le Festival d’été de Conegliano mêlant théâtre, musique et lectures sur la Piazza Cima ; "Festaloonga" animations dans les rues du centre-ville.

En automne, prennent place la fête des associations, l’exposition de voitures, le cyclisme international Grand Gala, un festival choral, ainsi que le lancement de la saison du théâtre municipal.

| LE PROSECCO |

Conegliano et le Prosecco, c’est un amour inconditionnel, un mariage long et heureux.

A Conegliano Valdobbiadene, depuis des siècles, on cultive les raisins qui donnent naissance au Prosecco dont le succès a débuté avec la fondation de la première Ecole d’œnologie d’Italie en 1876.

Cette école d’œnologie est d’ailleurs l’une des 10 écoles secondaires publiques d’Italie où l’on étudie l’art de la vinification. L’Institut actuel a été restructuré et enrichi ces dernières années au point de devenir une référence en œnologie tant au niveau national qu’international.

Environ 30% du territoire de Conegliano est consacré aux vignobles, répartis principalement sur ses collines, sculptant ainsi le paysage.

Depuis l’introduction de l’appellation DOC (Dénomination d’Origine Contrôlée) en 1969, l’aire historique de production est limitée à 15 communes.
Deux d’entre elles lui ont donné son nom : Conegliano et Valdobbiadene, l’une étant la capitale culturelle et l’autre le cœur de la production.

Le lien très fort que la ville entretient avec le vin est encore renforcé par un événement phare qui se déroule à la fin du mois de septembre « Le Festival du Raisin ». Cette festivité clôture un mois de réjouissances dédié au Prosecco qui débute à la fin du mois d’août.

| TOURISME |

Sa situation intéressante, à proximité de grands axes routiers et de deux aéroports (Trévise et Venise), son offre hôtelière riche et variée et ses nombreux restaurants, favorisent un tourisme tourné vers l’art, la découverte du patrimoine culturel, la nature, le bien-être, la gastronomie et bien sûr le vin.
A l’heure actuelle, cette clientèle internationale centrée sur la détente remplace en partie le tourisme d’affaires précédemment très important.

Son artère principale et historique, la Via XX Settembre est pleine du charme dégagé par ses anciens édifices : la cathédrale, l’Ecole du Battu ornée de magnifiques fresques…
Conegliano est dominée par son château disposant d’une position élevée et offrant une vue panoramique de laquelle on peut admirer la ville, les remparts et les vignobles.

Véritable fierté des habitants, sa construction est certainement simultanée à la création de la ville au départ d’une tour romaine semi-circulaire déjà existante : la tour Bemba dont les vestiges sont encore visibles.
Il a subi de nombreuses transformations au fil du temps et abrite aujourd’hui dans ses anciennes tours un musée ainsi qu’un restaurant.

| A VOIR |

• Le château.
• La cathédrale, construite par la Confraternité du Battu au 14e siècle et abritant le célèbre retable du Cima "La conversation sacrée" représentant la Vierge et l’Enfant en compagnie des saints et des anges.
• Le "teatro Accademia" magnifiquement décoré de fresques en façade.
• La "Casa Piutti" siège de l’ancienne école publique de la Renaissance au 18e siècle.
• L’actuelle mairie abritée dans un bâtiment du 18e siècle.
• Le Palazzo Da Collo (16e siècle) abritant également l’église de l’Assomption.
• La "Casa Museo Cima", maison natale du Cima, actuellement siège de la Fondation Cima et musée rassemblant ses œuvres.
• L’ancien couvent de San Francesco abritant un très beau cloître et un puits central datant du 17e siècle.
• La "Porta Monticano" décorée de fresques par Prodenone.
• Le "Palazzo Sarcinelli", actuellement bibliothèque municipale et siège d’expositions et d’événements culturels importants.
• L’Eglise de "San Martino" (17e siècle).
• La maison du Roi de Chypre (15e siècle).
• l’Eglise "San Rocco" (17e siècle).

Veuillez accepter les cookies afin de rendre ce site plus fonctionnel. D'accord? OuiNonEn savoir plus sur les témoins (cookies) »